L'UMP VA-T'ELLE IMPLOSER ?

Publié le par Luc BOUTET

 

LOGO LMP UMP hautdef

Des tas d’avis – autorisés ? bien informés ? bien intentionnés ? – prédisent que si Copé est élu, l’UMP va imploser !

J’aurais tendance à dire : et alors ?

Si cela doit se produire, autant que cela se produise maintenant plutôt qu’à la veille des municipales.

Après la défaite – plus celle des législatives que celle de Nicolas Sarkozy – la droite doit se recomposer et autant qu’elle le fasse pour les 40 ans à venir.

L’UMP c’était le mariage de la carpe et du lapin.

Alain Juppé et quelques autres avaient réussi à résoudre la quadrature du cercle, pour tailler un costume de droite qui ne manquait pas d’élégance..

Il faut se souvenir des joutes UDR et Républicains Indépendants, entre RPR et UDF, entre Centristes et Gaullistes, entre Chirac et Giscard.

Cette "bataille" fratricide est ancienne et l’opposition Fillon/Copé n’en est que la résurgence.

C’est même devenu une partie de billard à trois bandes : Boloo/Fillon/Copé

Dans le "Nouvel Observateur" de cette semaine Hervé Algalarrondo, dans un article sur le sujet montre bien combien la gauche se lèche déjà les doigts à l’idée de l’implosion de l’UMP.

Elle ne devrait pas !

Si l’UMP implosait – ou explosait ! – en trois groupes, qui sauraient prendre acte de leurs différences pour mieux conclure un accord de reconquête.

1 - La "Droite-Forte", dont le leader naturel serait Copé – sauf si Sarkozy revient de suite.

2 – la "Droite Sociale" dirigée par Fillon.

3 – Les "Centristes" de Borloo.

La première nommée récupérerait les électeurs populaires, qui sont partis vers le Front National, se croyant – à tort ou a raison – abandonnés par l’UMP. 

Fillon fédèrerait les Gaullistes historiques, sociaux et humanistes et Borloo ramènerait les électeurs centristes du Modem, tout en laissant Bayrou "ailleurs", là où il est le mieux.

Cette construction ne vaut que si elle débouche sur un accord solide où les trois "moitiés" ont la farouche volonté de s’opposer aux socialistes-verts-communistes, dès les municipales et jusqu’à la Présidentielle et les Législatives (ou vice versa ?).

La seule façon d’éviter la victoire de la gauche en 2017 est de "ratisser large".

Des sympathisants du Front sur l’aile droite et quelques socialistes déçus d’Hollande sur l’aile gauche viendrait faire l’appoint pour la victoire.

Mieux vaut se couper la jambe au genoux plutôt que de la perdre toute !

Car cette séparation me semble inéluctable.

D’aucuns disent qu’en cas de victoire de Copé de nombreux élus et électeurs fileront vers Borloo. Mais en cas de victoire de Fillon d’autres rejoindront le FN. 

Le trépied permet une bonne stabilité. 

 

Plus en tous cas que deux jambes qui tremblent.

 

 

Publié dans POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article