REMEMBER

Publié le par lucboutet

VEL-d-HIV--3-.jpg

(source : GOOGLE Images)

 

La commémoration de la rafle du Vel d’Hiv

 

François HOLLANDE en reconnaissant la responsabilité de la France, dans la terrible rafle du Vel d’Hiv, en Juillet 1942, s'inscrit dans la lignée de Chirac.

 

Un «crime commis en France par la France». Sans surprise, mais avec des mots forts, François HOLLANDE s'est clairement démarqué dimanche de son mentor, François MITTERRAND. 

«Nous devons aux martyrs juifs (…) la vérité sur ce qui s'est passé, a-t-il déclaré, à l'occasion d'une cérémonie organisée à Paris pour le 70e anniversaire de la rafle. 

Les faits : les 16 et 17 juillet 1942, 13.152 Juifs, dont plus de 4000 enfants, ont été arrêtés chez eux, à Paris ou en banlieue. Les couples sans enfants et les célibataires furent internés à Drancy. François HOLLANDE, à l’automne, devrait se rendre à Drancy, en banlieue Parisienne, pour un hommage aux victimes. 

Les autres ont été entassés au Vél' d'Hiv, dans le XVe arrondissement, cinq jours durant, avant d'être transférés vers des camps. Après séparation des parents et des enfants, tous partirent ensuite vers Auschwitz-Birkenau, pour y être «assassinés».

Le 16 juillet 1992, pour le 50ème anniversaire, François Mitterrand avait refusé de reconnaître la responsabilité de la République dans ces crimes, estimant que la seule France légitime était alors la France Libre. «Ne demandez pas de comptes à la République, elle a fait ce qu'elle devait», avait-il déclaré. 

Jacques CHIRAC, trois ans plus tard, avait le premier reconnu la responsabilité de la France : «La France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable», avait-il lancé.

 

Mais Paris n’était pas le seul lieu ou était célébré le 70èmr anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv.

VEL-d-HIV--5-.jpg

(source : GOOGLE Images)

Au mémorial de la Shoah à Jérusalem, Yad Vashem, ALOUMIM, l'association israélienne des enfants cachés en France pendant la Shoah et la délégation israélienne de la FDJF (Fils et filles des déportés juifs de France) organisait également des cérémonies du souvenir.

Plusieurs centaines de personnes y ont participé.

L’Ambassadeur de France en Israël, Christophe BIGOT, au nom de la France, a déposé une gerbe de fleur, dans la crypte du mémorial du Souvenir de Yad Vashem, sur la plaque dédiée au camp de Drancy.

La prière pour les morts a ensuite été récitée par un petit-fils de déporté.

VEL-d-HIV--2-.jpg

                    (source : GOOGLE Images)

"Ces hommes, ces femmes, ces enfants croyaient en la France et ont été livrés par l'Etat Français à la barbarie nazie ...70 ans plus tard, cette tache sur notre histoire ne s'est pas effacée", a affirmé Christophe BIGOT dans son discours.

 

Un bel exemple de continuité de l’Etat, où le Président de la République, nouvellement élu et « son Ambassadeur », déjà en poste, ont commémorés les mêmes faits, quasiment au même moment.

 

Ce n’est pas moins de 13.152 juifs étrangers réfugiés en France qui avaient été arrêtés à Paris et en banlieue par la police française, avant d'être déportés vers des camps d'extermination, notamment Auschwitz.

Parmi eux, 8160 personnes, dont 4115 enfants, avaient été enfermés durant quatre jours au Vélodrome d'Hiver, un stade voué aux courses cyclistes dans l'ouest de Paris, tandis que les 4992 autres, couples sans enfants et célibataires, étaient entassés dans le camp de Drancy.

 

Sur les 13.152 victimes de cette rafle - la plus grande arrestation massive de juifs en France pendant la Deuxième Guerre mondiale - seule une centaine ont survécu.

 

ALOUMIM estime que seulement huit rescapés de cette rafle vivent en Israël.

Ils ont participé aux diverses cérémonies, organisées au fil du temps soit à Drancy, soit sur les lieux de l’emplacement de l’ancien Vélodrome d’Hiver où a été érigé des bâtiments occupés par la … Préfecture de Police de Paris.

VEL-d-HIV--1-.jpg

(source : GOOGLE Images)

D’aucuns, penseront peut être qu’après 7O ans, il serait temps de tourner la page.

Un sondage récent montre qu’une très grande majorité des Français de moins de 35 ans, ignorent tout de la rafle du Vel d’Hiv.

Le devoir de mémoire est plus que jamais utile et nécessaire alors qu’ici ou là, en Europe, les partis d’extrême droite font des adeptes.

Les jours les plus sombres de notre histoire et les évènements qui les jalonnèrent, ne doivent pas être ignorés des jeunes générations.

 

Afin que l’indicible, jamais, ne puisse se reproduire.

VEL-d-HIV--4-.jpg

(source : GOOGLE Images)

 

Publié dans SOCIETE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article